Edmond Sadaka Photographe Journaliste

Contact | Liens | Plan du site

L'ATELIER DU PHOTOGRAPHE

BOITIERS

Les différents types d’appareils photo :

Le compact (Argentique ou numérique)

Fuji F 100 numérique

C’est l’appareil photo simplifié par excellence. Souvent de la taille d’un paquet de cigarettes, il est conçu pour une utilisation grand public.  La visée se fait (dans la quasi majorité des cas) sur l’écran arrière. La plupart du temps (sauf exception),  les réglages sont automatisés et il est relativement rare de « débrayer » ces appareils en manuel.

compact Fujifilm

Fuji F 100 numérique (2008)

 

La qualité des images des compacts numériques a fait des progrès surprenants au fil des années notamment lorsqu’il s’agit de photographier en faible lumière  (et qu’il faut donc monter la sensibilité).  Ne pas s’attendre cependant à des miracles. Le retard au déclenchement, même s’il s’est beaucoup amélioré lui aussi au fil des ans, reste souvent un frein pour celui qui veut prendre des photos sur le vif. Tous les compacts sont munis d’un flash intégré.

Le boîtier compact ne date pas d'hier :

Compact argentique Canon Demi S

40 ans plus tôt : Compact argentique Canon Demi S fin années 60)

Ou plus près de nous dans les années 80 :

Pentax Optio (années 80)

Pentax Optio (années 80)

Le bridge (uniquement numérique)

C’est l’appareil intermédiaire entre le compact et le reflex (nous en parlerons plus loin). D’ailleurs le terme « bridge » n’a pas été choisi au hasard.  En anglais il signifie « le pont » : ce type d’appareil est donc un pont entre les compacts et les appareils plus sophistiqués nommés reflex Le bridge, tout comme les compacts, peut être utilisé en mode entièrement automatique. En revanche, il offre (si on le souhaite) la possibilité  de contrôler l’ouverture,  la vitesse, de débrayer en manuel , de sur-exposer, sous-exposer… Bref, il sera  possible d’être  plus  « créatif ».

L’autre avantage du bridge, c’est l’amplitude de sa focale (10 à 15 x). La plupart du temps elle atteint au moins 300 mm, en partant de 28 ou 35, ce qui permet de faire face à toutes les situations. Évidemment pas question de changer d’optique sur un bridge. Celle qui est proposée est bel et bien vissée sur le boîtier. Le bridge (qui est muni d’un flash intégré) s’adresse donc à un public averti qui privilégie la discrétion et la légèreté. Mais ne vous y trompez pas, la plupart des bridges de bonne qualité sont d’une taille relativement imposante, et on est plus proche - coté dimension - d’un reflex que d’un compact, avec l’avantage par contre de ne pas avoir à transporter de parc optique souvent  lourd et volumineux.  Le retard au déclenchement reste aussi à mon sens l’un des défauts de ce type de boîtier.

Le reflex (argentique ou numérique)

Il est constitué d’un boîtier (nu) sur lequel on peut  appliquer les objectifs de son choix.

Le principe : les rayons lumineux issus de l’objectif sont réfléchis par un miroir vers un dépoli sur lequel se forme l’image. Ces rayons lumineux sont ensuite dirigés vers le prisme qui redresse l’image.

Réflex Nikon Prisme Réflex argentique Nikon F 100

reflex argentique récent Nikon F100

De fait, le viseur est aligné avec l’objectif, et fournit une visée reflex reproduisant très exactement l’image qui se formera sur le film ou le capteur au moment du déclenchement.

Le principe est donc  valable aussi bien pour l’argentique que le numérique. La plupart des reflex sont aujourd'hui’hui proposés en kit (avec un ou deux zooms bon marché mais généralement de qualité très correcte) permettant de couvrir la plupart des situations.

Nikon D40 Boitier numérique semi-professionnel Nikon D700

Boîtier. numérique semi professionnel D700
Nikon D40 (entrée de gamme avec objectif 18 – 55)

50 ans plus tôt :

Spotmatic F de Pentax

Reflex argentique des années 60 : le Spotmatic F de Pentax
Mon premier reflex acquis au début des années 70
(Ici avec son objectif standard 55 f 1,8)

Autre boîtier. (et marque) emblématique des années 60 :

Miranda Autosensorex

Miranda Autosensorex

flash cobra

Les images obtenues avec un reflex seront dans tous les cas de meilleure qualité que celles que vous ferez avec un bridge…

Finis aussi les tracas dus au retard au déclenchement. La plupart des boîtiers reflex (hormis dans la gamme pro) sont munis d’un flash intégré, mais on peut dans tous les cas rajouter un flash externe appelé aussi flash « cobra »

Il viendra se fixer sur le sabot de l’appareil. Le reflex numérique peut être utilisé, tout comme les autres appareils décrits plus haut, en tout automatique  (il suffit de cadrer, de faire la mise au point et de déclencher) . Mais évidemment, vous pourrez effectuer vous-même tous les réglages, exposition, mise au point, balance des blancs. La diversité des types de fichiers proposés vous donnera la possibilité de travailler en Raw, ce qui est appréciable lorsqu’on décide de consacrer  du temps à la post production. Le Raw (présent aussi sur certains compacts et bridges)  est l’équivalent du négatif argentique. Vous pouvez à partir de ce type de fichier (assez lourd) retravailler totalement votre image (expo, balance des blancs, etc..  )  

   

Flash Cobra

Pour en savoir plus :

Écoutez ici "Les quatre familles d'appareils photo" (2'44)
Jean-Marie SEPULCHRE, auteur de très nombreux ouvrages sur la photo numérique
site internet : pitchallenge

Le boîtier télémétrique

leica M6 TTL

La mise au point télémétrique est basée sur un instrument se trouvant dans l'appareil photo : le télémètre. Ce nom  vient de « télé » distance et « mètre » mesure. Ce mode de mise au point est apprécié pour sa précision.

Le constructeur le plus connu d'appareils télémétriques est Leica et sa série "M". De nombreux appareils sont à dénombrer dans la série (M3, M2, M4, M5, MP, M6, M6TTL, M7, nouveau MP, M8, CL). Le dernier modèle en date est le M9, deuxième M au format numérique 24x36.

Leica M6 TTL

BOITIERS --> OBJECTIFS --> ACCESSOIRES